#}

Ses enfants qui sont jaloux de leurs oncles et tantes...

Pensées universelles
Mamoun Moubarak Dribi
11-05-2017

S'il y a quelque chose au monde de particulièrement bizarre, sachez que cela pourrait se situer au niveau des sentiments humains ! On trouve de tout, de l'amour incestueux, des fantasmes inter-famille, de la perversion entre frères et sœurs, de la jalousie entre une mère et sa fille etc. et même de la jalousie entre les enfants et leurs tantes et oncles. On peut s'interroger : est ce que c'est normal ou pas  que quelqu'un se perdre dans ses propres sentiments? Nous devons nous rappeler une règle essentielle : « on ne juge pas », mais afin de comprendre nous devons tout interroger ? Qu'est ce qui peut énoncer véritablement la vérité de quelqu'un, lui-même, un proche, ou une référence plus pertinente comme la philosophie ou la théologie. Pour ma part je crois que c'est la jonction de ses plusieurs vérités qui pourraient amener ma perception de la vérité à être plus ou moins juste. Prenons le cas de ce problème de jalousie intergénérationnelle. Pourquoi une nièce ou un neveu va subitement devenir jaloux de son oncle ou de sa tante ? C'est parce qu’il croit que s'il n'était pas là, il aurait son père ou sa mère un peu plus pour lui! Il s'agit ici d'attention et/ou d'affection, n'est ce pas ? Seulement ce qu'ignore notre enfant (cela arrive même aux jeunes adultes) c'est que les échanges entre frères et sœurs n'ont pas la même teneur psycho-émotionnelle, que ceux que pourront avoir des parents avec leurs enfants ! Ce qui fait la différence, c'est l'inscription. En effet il s'agit de filiation et de généalogie, les uns sont les fils et les filles de... et les autres sont les frères et les sœurs issus de la famille de... il y a les ascendants et il y a les descendants. Ceci fait que nous pouvons partager une même histoire familiale, mais ne pas être au même rang qu'un autre membre de la famille. La confusion des places et des fonctions provient de deux choses, la première et d'ordre relationnelle et la seconde est d'ordre structurelle. En ce qui concerne l'aspect relationnel, on trouve au sein de la plupart des familles modernes une certaine liberté de parole et d'échanges ; dopé par une bonne ambiance de franche camaraderie. Les uns et les autres parlent et discutent de tout et de rien. Voilà que l’inconscient s'en mêle, pour fausser la perception de ce parent, où il sera perçu comme un frère ou une sœur ! Et non plus comme un oncle et une tante. Cette confusion a pour origine les dynamiques du stade de la fratrie, et de l'égocentrisme. C'est une manière d'être où tout est référencé à partir de soi. C'est un héritage de la petite enfance (stade pas toujours résolu chez bon nombres d'adultes !). Jean Piaget a si bien mis en évidence la complexité et la richesse psychologique de ses stades, où l'enfant conceptualise et intériorise tout à partir de lui, se plaçant au centre du monde. Il n'y a d'intérêt et de priorité que pour lui. Si cela est inévitable voire essentielle pour grandir, l'expérience va faire que le sujet va atténuer, dépasser et transcender tous ses aspects en relation avec la fratrie et le stade égocentrique. Pour progressivement concéder à l'autre une place en soi, et accepter une certaine position dénuée de tout sentiment de toute puissance (le sentiment de toute puissance chez l'enfant est symptôme d'une relation fantasmatique avec l'un ou les deux parents). Hélas, du moment qu'il s'agisse de sentiments ou de ressentiments, un certain nombre de personnes rendent légitime l'expression de leurs malaises, et vont jusqu'à rendre infernale la vie en famille. Il n'y a plus de places ni de discussions qu'autour des problèmes qu'ils auront créés. Ils n'entendent plus, aucune critique n'est possible, ni aucune remise en cause ! S'ils sont en carence affective, ou s'ils vivent une frustration ou un échec, toute la famille devra être là pour eux sans faillir ni s'absenter pour autrui ! Si non c'est la crise assurée... ce qui complique les choses, c'est le second aspect du problème : celui plus structurel. Il provient du rapport d'origine des parents à leur enfant. Dolto le qualifie de liens incestueux ! Ne croyez pas qu'il s'agisse de rapports sexuels. Il s'agit ici de liens familiaux où règne une inter dépendance totale et quasi fusionnelle entre les parents et les enfants ! Il s'agit ici d'une certaine faillite de la fonction des parents, où il y a eu confusion entre la dimension de procréer et de réaliser. Les enfants sont ici perçus comme des œuvres !! où le parent se donne l'illusion de s'être réalisé en son fils ou sa fille... une chimère ne peut produire qu'une chimère. Vous l'aurez certainement deviné, il ne s'agit pas en fait de jalousie entre les enfants et leurs oncles ou tantes. Mais il s'agit de confusion, qui a pris naissance bien avant la naissance des enfants ! Où les ratages, et les frustrations des parents, ne se sont pas exprimés sous forme d'un rêve ou de vœux, mais ont pris possession de leurs progénitures sous forme de douces et terribles aliénations, appelés performances et éducations.